Gouvernement indonésien - Histoire

Gouvernement indonésien - Histoire

INDONÉSIE

L'Indonésie est une démocratie émergente. Il vient d'avoir ses premières élections multipartites pour la Présidence. Le pays dispose d'un parlement et d'un pouvoir judiciaire indépendants.
GOUVERNEMENT ACTUEL
PrésidentMEGAWATI Sukarnoputri,
Vice présidentHamza Haz,
Coordination Min. pour les affaires économiquesDORODJATUN Kuntjoro-Jakti,
Coordination Min. pour le bien-être des personnesYusuf KALLA,
Coordination Min. pour les affaires politiques et de sécuritéSusilo Bambang YUDHOYONO, Lieutenant-général (à la retraite)
Min. de l'agricultureBunngaran SARAGIH,
Min. de la Culture et du TourismeJe Gédé ARDIKA ,
Min. de la DéfenseMATORI Abdul Djalil,
Min. des ressources énergétiques et minéralesPURNOMO Yusgiantoro,
Min. des FinancesBOEDIONO,
Min. de la pêche et des affaires maritimesROKHMIN Dahuri,
Min. des Affaires étrangèresNoer Hasan WIRAJUDA,
Min. de la foresterieM. PRAKOSA,
Min. de la santéAhmad SUJUDI, MARYLAND.
Min. des affaires intérieuresHari SABARNO, Lieutenant (à la retraite)
Min. de la justice et des droits de l'hommeYusril Ihza MAHENDRA,
Min. de la main-d'œuvre et de la transmigrationJacob NUWA WEA,
Min. de l'Éducation nationaleAbdul Malik FAJAR,
Min. des affaires religieusesa dit Agil MUNAWAR,
Min. de la réinstallation et des infrastructures régionalesSOENARNO,
Min. des affaires socialesBachtiar CHAMSYAH,
Min. du Commerce et de l'IndustrieRini SUWANDI,
Min. des transportsAgum GUMELAR, Lieutenant (à la retraite)
État Min. d'accélération du développement en Indonésie orientaleManuel KAISIEPO,
État Min. de la réforme administrativeFayçal TAMIN,
État Min. de la communication et de l'informationH. Syamsul MUARIF,
État Min. des Coopératives & Petites & Moyennes EntreprisesAlimarwan HANAN,
État Min. de la Culture et du TourismeJe Gédé ARDIKA,
État Min. de l'environnementNabiel MAKARIM,
État Min. de Recherche & TechnologieM. Hatta RAJASA,
État Min. des revenus et des sociétés d'ÉtatLaksamana SUKARDI,
État Min. des affaires d'autonomisation des femmesSri Redieki SOEMARJOTO,
Chef, Conseil national de développementKWIK Kian Gie,
Secrétaire d'ÉtatBambang KESOWO,
procureur généralMohamed ABDUL RACHMAN,
Chef, Agence nationale de renseignementA. M. HENDROPRIYONO, Lieutenant (à la retraite)
Capitaine, Forces arméesEndriartono SUTARTO, Gén.
Gouverneur, Banque d'IndonésieSyahril SABIRIN,
Ambassadeur aux États-UnisSOEMADI Brotodiningrat,
Représentant permanent auprès de l'ONU, New YorkMakmar WIDODO,


Profil de l'Indonésie - Chronologie

1670-1900 - Les colons néerlandais rassemblent l'ensemble de ce qui est maintenant l'Indonésie sous un seul gouvernement sous le nom des Indes orientales néerlandaises.

1883 - L'éruption volcanique de l'île de Krakatoa (Krakatau) provoque un tsunami dévastateur.

1928 - Une conférence des jeunes s'engage à travailler pour "une nation, une langue, un peuple" pour l'Indonésie.

1942 - Le Japon envahit les Indes néerlandaises.

1945 - Après la capitulation japonaise, le leader nationaliste Sukarno revient d'exil intérieur et déclare son indépendance.


Obligation indonésienne à 10 ans - Données historiques

Les Indonésie 10 ans Les obligations d'État ont un 6.701% rendement (dernière mise à jour 22 juin 2021 10:15 GMT+0).

Le rendement a évolué de +22,9 pb au cours de la semaine dernière, de +10,7 pb au cours du mois dernier, de -60,3 pb au cours de l'année dernière.

L'obligation d'État indonésienne à 10 ans a atteint un rendement maximum de 8,854% (16 octobre 2018) et un rendement minimum de 5,971% (29 décembre 2020)*.

* Les données ont été récupérées depuis le 11 septembre 2016

Plage annuelle historique

Obligation d'État indonésienne à 10 ans : fourchette de rendement historique pour chaque année.

Un chandelier vert signifie que la variation de rendement est négative dans l'année.

Un chandelier rouge signifie que la variation de rendement est positive dans l'année.

La série historique commence à partir du 11 septembre 2016. Dernière mise à jour : 22 juin 2021 10:15 GMT+0.

Spread des obligations à 10 ans - Indonésie vs principaux pays

L'obligation du gouvernement indonésien à 10 ans a un rendement de 6,701%.

Un spread positif (marqué par un cercle rouge) signifie que le rendement de l'obligation à 10 ans est supérieur à celui de l'obligation étrangère correspondante. Cliquez sur Spread value pour la série historique.

En cliquant sur le lien "Comparaison complète des pays", vous pouvez effectuer une vérification complète des données disponibles et voir les différences entre les pays.

Indonésie 10 ans vs Propagation actuelle Pays Complet
Comparaison
Allemagne 10 ans 687,8 pb
Japon 10 ans 664,9 pb
France 10 ans 654,9 pb
Espagne 10 ans 626,4 pb
Royaume-Uni 10 ans 593,8 pb
Italie 10 ans 584,7 pb
Canada 10 ans 529,2 pb
États-Unis 10 ans 522,4 pb
Australie 10 ans 514,5 pb
Chine 10 ans 358,5 pb
Inde 10 ans 67,5 pb
Russie 10 ans -46,4 pb
Brésil 10 ans -258,7 pb

Prix ​​des obligations d'État à 10 ans en Indonésie

Simulation de prix : obligations d'une valeur nominale de 100, avec des taux de coupon différents. La colonne en surbrillance contient les prix au rendement actuel du marché. Les autres colonnes renvoient aux variations hypothétiques des rendements (100 pb = 1 %).


Le pouvoir législatif du gouvernement en Indonésie

L'Assemblée consultative du peuple de la République d'Indonésie dénommée Majelis Permusyawaratan Rakyat Republik Indonésie (MPR-RI) est la branche législative du pays. Il est composé des membres du Conseil représentatif du peuple et du Conseil représentatif régional. Le MPR compte 1000 sièges. 500 d'entre eux sont affectés aux membres du Conseil représentatif du peuple. Les 500 sièges restants, dont 100 sont réservés aux représentants des groupements professionnels. Ceux-ci sont normalement nommés par le président. 147 sièges sont détenus par des représentants choisis par les assemblées législatives au niveau provincial, et les 253 sièges restants sont attribués aux représentants des partis politiques sur une base proportionnelle. Le MPR se réunit généralement tous les cinq ans dans l'année qui suit les élections au parlement.

Le principal devoir législatif du MPR est d'approuver les grandes lignes de la politique de l'État. Il s'agit d'un document qui définit théoriquement les paramètres de la politique pour les cinq prochaines années. Le projet est normalement élaboré par un groupe de travail gouvernemental et est généralement approuvé par consensus. Le MPR est également responsable de la suppression ou de la modification d'articles spécifiques et/ou des dispositions de la Constitution. Un vote par un tiers des membres majoritaires lors d'une session de l'Assemblée peut adopter toute modification suggérée à la constitution, y compris l'ajout ou la suppression de dispositions, d'articles et de sections.

Le MPR a le pouvoir de faire prêter serment à la fois pour le président et le vice-président après leur élection. Si le poste de président est vacant, le MPR peut recevoir l'ordre de tenir une séance plénière générale pour le vice-président afin qu'il prête serment d'agir en tant que président. Le MPR a également le pouvoir de destituer le président et le vice-président ou l'un d'eux si des délits possibles de la constitution de 1945 et des lois du pays ont été pratiqués pendant leur mandat. Le MPR peut tenir une assemblée générale pour sélectionner les titulaires des postes de président et de vice-président. Cependant, cela n'a lieu que dans une situation où les deux postes sont vacants, ce qui pourrait résulter d'un décès en fonction, d'une destitution et d'une démission soudaine.


Distanciation sociale créative

À Java, l'île la plus peuplée du monde, certaines communautés ont été particulièrement créatives pour faire passer le message. Dans le village de Kepuh, des jeunes hommes déguisés en pocong– une momie du folklore local – et montait la garde la nuit pour effrayer les résidents de rester à la maison. Dans la régence centrale javanaise de Sragen, deux hommes qui ont désobéi aux ordres d'auto-isolement ont été enfermés dans une "maison hantée" dans une rizière.

Les dirigeants communautaires mettent en œuvre un patchwork de meilleures pratiques qui ont émergé depuis la première épidémie de COVID-19 à Wuhan, en Chine. Parmi eux : Isolez-vous pendant 14 jours si vous avez voyagé, lavez-vous les mains fréquemment, évitez les grands rassemblements, ne vous touchez pas le visage. (Découvrez comment les éternuements peuvent lancer des germes beaucoup plus loin que six pieds.)

Dans les zones rurales comme dans les villes, les gens ont rapidement adopté ces mesures. Dewi Kartika, une jeune de 16 ans de Java oriental qui travaillait dans un célèbre restaurant de soupe au poulet à Jakarta jusqu'à la semaine dernière, a été impressionnée par la façon dont sa famille élargie comprenait son besoin de se mettre en quarantaine à son retour à la maison.

« Je vis dans une maison avec sept personnes, dont ma grand-mère et trois frères et sœurs », a-t-elle déclaré au troisième jour de son auto-quarantaine à Bojonegoro. "Ils avaient préparé mon lit séparé, des articles de toilette séparés et même des ustensiles séparés pour moi, et nous ne sommes jamais dans la cuisine en même temps." Au cours du mois dernier, toute la ville de Bojonegoro a mis en œuvre ces protocoles pour les travailleurs de retour.

Dans toute l'Indonésie, les réponses de première ligne à la pandémie, des tests à la recherche des contacts, se produisent à Puskesmas, des cliniques de santé communautaires financées par le gouvernement qui fournissent des services de base tels que des examens, des soins maternels et postnatals et la vaccination. Les quelque 9 700 Puskesmas sont gérées par les gouvernements de district et municipaux, plutôt que par le gouvernement central, et ne sont qu'une illustration de la façon dont la décentralisation est une caractéristique fondamentale de la démocratie indonésienne aujourd'hui. Lorsque la dictature de Suharto s'est effondrée en 1998 après 33 ans, les dirigeants locaux ont exigé plus d'autonomie gouvernementale. Aujourd'hui, dans un pays dont les îles s'étendent sur une distance supérieure à la largeur des États-Unis continentaux, les subdivisions indonésiennes sont quelque peu habituées à prendre soin d'elles-mêmes.

Le gouvernement a d'abord considéré les fermetures locales d'un mauvais œil. En mars, le président Widodo a affirmé que toutes les quarantaines officielles doivent provenir du gouvernement central. En avril, reconnaissant peut-être la persistance de l'autonomie régionale, Jakarta a autorisé les municipalités à ordonner officiellement une distanciation sociale à grande échelle et à fermer les entreprises non essentielles. Jusqu'à présent, deux provinces et 16 municipalités et régences ont cet ordre en place, y compris les grandes villes de Bandung et de Makassar.


Relations des États-Unis avec l'Indonésie

L'Indonésie est un partenaire essentiel dans la région indo-pacifique et les relations entre les États-Unis et l'Indonésie ont pris une importance croissante. L'Indonésie est la troisième plus grande démocratie du monde, le plus grand pays à majorité musulmane, la septième économie en termes de pouvoir d'achat et un leader de l'ASEAN. Il possède la plus grande biodiversité marine du monde et sa deuxième plus grande biodiversité terrestre. L'Indonésie borde également la mer de Chine méridionale, qui possède les voies maritimes les plus fréquentées au monde - plus de 5 000 milliards de dollars de fret et jusqu'à 50 % des pétroliers du monde traversent la mer de Chine méridionale chaque année. Les États-Unis ont été l'un des premiers pays à établir des relations diplomatiques avec l'Indonésie en 1949, après son indépendance des Pays-Bas. Le processus de démocratisation et de réforme de l'Indonésie depuis 1998 a accru sa stabilité et sa sécurité et a renforcé les relations américano-indonésiennes. Les États-Unis et l'Indonésie ont lancé en 2010 un partenariat global pour favoriser un engagement cohérent de haut niveau sur la démocratie et la société civile, l'éducation, la sécurité, la résilience et l'atténuation, les questions maritimes, énergétiques et commerciales, entre autres. Sur la base de son succès, en 2015, les deux pays ont amélioré leurs relations avec le partenariat stratégique américano-indonésien, étendant leur coopération à des questions d'importance régionale et mondiale.

Assistance américaine à l'Indonésie

L'Indonésie est confrontée à des défis de développement nationaux. Les avantages inégaux du progrès démocratique et économique Des institutions fragiles qui n'ont pas la capacité de répondre de manière adéquate à ses besoins en services sociaux Les inégalités économiques et les risques de dégradation de l'environnement. La coopération s'étend à un éventail de domaines de développement clés : renforcement de l'éducation et des liens professionnels, amélioration de la gouvernance, renforcement des systèmes de santé, promotion de la sécurité, partenariat sur les questions internationales et soutien à la gérance de l'environnement.

L'Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) s'associe au gouvernement indonésien pour faire avancer les intérêts économiques et de sécurité communs afin de renforcer une Indonésie stable, autonome et résiliente. Grâce à des investissements axés sur les résultats, l'USAID travaille avec le gouvernement indonésien, les dirigeants locaux, le secteur privé, la société civile et d'autres partenaires de développement pour renforcer une démocratie juste et responsable, étendre les services de base et améliorer la sécurité et la prospérité mutuelles.

Les récifs coralliens, les forêts tropicales et les écosystèmes de mangrove d'Indonésie abritent l'une des plus grandes concentrations de biodiversité sur terre. L'Indonésie est au centre du Triangle de Corail, l'épicentre mondial de la biodiversité marine, et possède la troisième plus grande forêt tropicale humide au monde. Cependant, des décennies de développement axé sur les ressources et de défrichement illégal des terres ont endommagé les écosystèmes et la biodiversité uniques du pays. La pêche illégale, non déclarée et non enregistrée (INN) entraîne des pertes économiques de 3 à 5 milliards de dollars pour l'économie indonésienne, menaçant à la fois les moyens de subsistance locaux et la sécurité alimentaire mondiale. Les programmes d'assistance de l'USAID soutiennent les efforts du gouvernement indonésien pour lutter contre la pêche INN et le trafic illégal d'espèces sauvages, tout en encourageant les efforts locaux pour améliorer les pratiques d'utilisation des terres et augmenter la quantité d'énergie renouvelable générée en proportion de la production énergétique globale de l'Indonésie.

En 2018, la Millennium Challenge Corporation (MCC) a conclu avec le gouvernement indonésien un contrat quinquennal de 474 millions de dollars avec le gouvernement indonésien, qui visait à faire progresser les énergies renouvelables, à améliorer la nutrition pour réduire le retard de croissance généralisé et à moderniser le système de marchés publics indonésien. Conseil d'administration de la MCC a également sélectionné l'Indonésie comme éligible pour développer un deuxième compact, et MCC et le gouvernement indonésien travaillent en partenariat pour identifier les domaines potentiels d'investissement pour ce nouveau programme.

Le Corps de la paix travaille dans des écoles et des communautés rurales et mal desservies pour aider l'Indonésie à atteindre ses objectifs de développement de l'éducation grâce à des contacts locaux entre les peuples, des échanges culturels et un transfert de compétences techniques.

Relations économiques bilatérales

L'Indonésie, la plus grande économie d'Asie du Sud-Est, a connu une croissance économique régulière au cours de la dernière décennie, avec une moyenne de 5 à 6 %, avec une inflation modérée, une augmentation des investissements directs étrangers et des taux d'intérêt relativement bas. Le déficit budgétaire annuel de l'Indonésie est plafonné à 3 % du PIB, et le gouvernement indonésien a abaissé son ratio dette/PIB d'un pic de 100 % peu après la crise financière asiatique en 1999 à 30,1 % en 2018. La classe moyenne en croissance en Indonésie, La forte demande intérieure, la population nombreuse et jeune et le besoin de nouvelles infrastructures en font un marché potentiel important pour les produits et les investissements américains. Le commerce bilatéral de marchandises des États-Unis avec l'Indonésie a totalisé plus de 29 milliards de dollars en 2018, tandis que le commerce bilatéral de services a totalisé environ 3,9 milliards de dollars. Les principales exportations américaines vers l'Indonésie comprennent le soja, les avions, les combustibles minéraux, les machines et le coton. Le stock d'investissements directs étrangers américains en Indonésie était de 11,1 milliards de dollars en 2018, tandis que les investissements de l'Indonésie aux États-Unis pour la même période étaient de 350 millions de dollars. Les États-Unis continuent de collaborer avec l'Indonésie pour faire avancer les priorités de réforme économique, telles que le renforcement du climat d'investissement et la réduction des obstacles au commerce, tels que les lois protectionnistes, les infrastructures limitées et une structure juridique inégalement appliquée.

L'adhésion de l'Indonésie à des organisations internationales

L'Indonésie et les États-Unis appartiennent à un certain nombre des mêmes organisations et forums internationaux, notamment les Nations Unies, le Forum régional de l'ASEAN, le Sommet de l'Asie de l'Est, le Forum de coopération économique Asie-Pacifique, le G-20, le Fonds monétaire international, la Banque mondiale et L'organisation de commerce mondial. L'Indonésie est membre non permanent du Conseil de sécurité des Nations Unies en 2019 et 2020. L'Indonésie coopère également avec les États-Unis sur des questions d'intérêt régional et mondial telles que la lutte contre l'extrémisme violent, la lutte contre le terrorisme, les opérations mondiales de maintien de la paix, la sécurité maritime et les pandémies sanitaires. .

Représentation bilatérale

Les principaux responsables de l'ambassade sont répertoriés dans la liste des principaux responsables du ministère.

L'Indonésie dispose d'une ambassade aux États-Unis au 2020 Massachusetts Avenue NW, Washington, DC 20036 (tél. 202-775-5200).

Plus d'informations sur l'Indonésie sont disponibles auprès du Département d'État et d'autres sources, dont certaines sont répertoriées ici :


Indonésie : gouvernement

Le président dirige le Cabinet d'Indonésie unie et est également chef de l'État, commandant en chef et responsable de la gouvernance nationale, de l'élaboration des politiques et des affaires étrangères.

Le président est élu à la majorité absolue des voix.

La Mahkamah Agung (cour suprême) est le plus haut niveau du pouvoir judiciaire. La cour constitutionnelle statue sur les questions constitutionnelles et politiques, tandis que la commission judiciaire supervise les juges.

Les juges de la Cour suprême sont nommés par une commission judiciaire et nommés par le président avec l'assentiment du parlement. La cour constitutionnelle a des nominations du président, de la cour suprême et du parlement. Ses juges sont nommés par le président.

Le Majelis Permusyawaratan Rakyat et le Dewan Perwakilan Rakya sont les deux organes législatifs de l'Indonésie.

Les Dewan Perwakilan Daerah sont élus par un seul vote non transférable. Les Dewan Perwakilan Rakya sont élus au scrutin proportionnel à liste ouverte dans des circonscriptions plurinominales.


Le romantisme de Deli

Dernièrement, la riche histoire du pays Deli a été romancée comme une terre au riche patrimoine historique.

Parallèlement à ce beau conte de fées, Nienhuys est raconté comme le fondateur de la ville moderne de Medan. Le site Web du monument colonial néerlandais glorifie Cremer en tant que colonial avec les idéaux les plus élevés qui ont apporté la civilisation, la prospérité, la paix et l'ordre.

Nienhuys et Cremer se sont enrichis grâce aux plantations Deli. La maison de Nienhuys à Amsterdam est maintenant le NIOD Institute for War, Holocaust and Genocide Studies. Il présente une exposition de la salle de bains dorée spéciale de Nienhuys. Cremer a même été ministre des colonies dans le gouvernement néerlandais (1897-1901).

Les pages Wikipedia de Nienhuys et Cremer les présentent comme les fondateurs d'une entreprise de tabac et d'un magnat du tabac et n'énumèrent pas le système d'esclavage qu'ils avaient créé.

Le romantisme de l'histoire de Medan ne doit pas oublier la sueur et le sang de centaines de milliers de travailleurs sous contrat qui ont été réduits en esclavage dans les plantations à l'époque coloniale.


Le pouvoir judiciaire

Le niveau le plus élevé du système judiciaire est la Cour suprême indonésienne, qui est chargée d'entendre les appels de cessation définitive et les réexamens de cas. Le président nomme les juges siégeant à la Cour suprême. La Cour d'État (Pengadilan Negeri) est l'endroit où apparaissent la plupart des litiges civils. Le tribunal de commerce traite des affaires telles que l'insolvabilité et la faillite tandis que le tribunal administratif de l'État (Pengadilan Tata Negara) entend les lois administratives et les affaires contre le gouvernement. La Cour constitutionnelle (Mahkamah Konstitusi) conteste la légalité de la loi, la dissolution des partis politiques, les élections générales et l'étendue des pouvoirs des institutions de l'État et la Cour religieuse (Pengadilan Agama) traite des affaires de la charia codifiée. La Commission judiciaire (Komisi Yudisial) supervise ces juges. La Commission nationale du médiateur contrôle les infractions commises par l'État.


Bibliographie sélective

En plus des ouvrages cités dans le texte ci-dessus, une petite sélection de livres récents est mentionnée ici, ce qui permettra au lecteur de saisir rapidement les idées les plus récentes et de trouver d'autres références utiles.

Manuels ou périodiques généraux sur l'histoire (économique) de l'Indonésie :

Booth, Anne. L'économie indonésienne aux XIXe et XXe siècles : une histoire d'opportunités manquées. Londres : Macmillan, 1998.

Bulletin d'études économiques indonésiennes.

Dick, H.W., V.J.H. Houben, J.Th. Lindblad et Toi Kian Wie. L'émergence d'une économie nationale en Indonésie, 1800-2000. Sydney : Allen et Unwin, 2002.

Itinerario “Croissance économique et changement institutionnel en Indonésie aux 19e et 20e siècles” [numéro spécial] 26 no. 3-4 (2002).

Reid, Antoine. L'Asie du Sud-Est à l'ère du commerce, 1450-1680, Vol. I : Les Terres sous les Vents. New Haven : Yale University Press, 1988.

Reid, Antoine. L'Asie du Sud-Est à l'ère du commerce, 1450-1680, vol. II : Expansion et crise. New Haven : Yale University Press, 1993.

Ricklefs, M.C. Une histoire de l'Indonésie moderne depuis ca. 1300. Basingstoke/Londres : Macmillan, 1993.

Gaastra, F.S. De Geschiedenis van de VOC. Zutphen : Walburg Pers, 1991 (1ère édition), 2002 (4ème édition).

Jacobs, Els M. Koopman in Azië : de Handel van de Verenigde Oost-Indische Compagnie tijdens de 18de Eeuw. Zutphen : Walburg Pers, 2000.

Nagtegaal, Lucas. À cheval sur le tigre hollandais : la Compagnie hollandaise des Indes orientales et la côte nord-est de Java 1680-1743. Leyde : KITLV Press, 1996.

Sur le système de culture :

Elson, R.E. Village Java sous le système de culture, 1830-1870. Sydney : Allen et Unwin, 1994.

Fasseur, C. Kultuurstelsel et Koloniale Baten. De Nederlandse Exploitatie van Java, 1840-1860. Leiden, Universitaire Pers, 1975. (Traduit par: The Politics of Colonial Exploitation: Java, the Dutch and the Cultivation System. Ithaca, NY: Southeast Asia Program, Cornell University Press 1992.)

Geertz, Clifford. Involution agricole : les processus de changement écologique en Indonésie. Berkeley : University of California Press, 1963.

Houben, V.J.H. “Java in the Nineteenth Century: Consolidation of a Territorial State.” In The Emergence of a National Economy in Indonesia, 1800-2000, édité par H.W. Dick, V.J.H. Houben, J.Th. Lindblad et Toi Kian Wie, 56-81. Sydney : Allen et Unwin, 2002.

Sur la période coloniale tardive :

Dick, H.W. “Formation of the Nation-state, 1930s-1966.” Dans The Emergence of a National Economy in Indonesia, 1800-2000, édité par H.W. Dick, V.J.H. Houben, J.Th. Lindblad et Toi Kian Wie, 153-193. Sydney : Allen et Unwin, 2002.

Lembaran Sejarah, “Crisis and Continuity: Indonesian Economy in the Twentieth Century” [numéro spécial] 3 no. 1 (2000).

Lindblad, J.Th., éditeur. Nouveaux défis dans l'histoire économique moderne de l'Indonésie. Leiden : PRIS, 1993. Traduit comme : Sejarah Ekonomi Modern Indonesia. Berbagaï Tantangan Baru. Jakarta : LP3ES, 2002.

Lindblad, J.Th., éditeur. Les fondements historiques d'une économie nationale en Indonésie, années 1890-1990. Amsterdam : Hollande du Nord, 1996.

Lindblad, J.Th. “The Outer Islands in the Nineteenthth Century: Contest for the Periphery.” In The Emergence of a National Economy in Indonesia, 1800-2000, édité par H.W. Dick, V.J.H. Houben, J.Th. Lindblad et Toi Kian Wie, 82-110. Sydney : Allen et Unwin, 2002a.

Lindblad, J.Th. “L'État colonial tardif et l'expansion économique, 1900-1930.” Dans L'émergence d'une économie nationale en Indonésie, 1800-2000, édité par H.W. Dick, V.J.H. Houben, J.Th. Lindblad et toi Kian Wie, 111-152. Sydney : Allen et Unwin, 2002b.

Touwen, L.J. Extremes in the Archipelago: Trade and Economic Development in the Outer Islands of Indonesia, 1900-1942. Leyde : KITLV Press, 2001.

Van der Eng, Pierre. “Exploration de l'exploitation : les Pays-Bas et l'Indonésie coloniale, 1870-1940.” Revista de Historia Económica 16 (1998) : 291-321.

Zanden, J.L. van et A. van Riel. Nederland, 1780-1914 : Staat, instituties en economische ontwikkeling. Amsterdam : Balans, 2000. (Sur les Pays-Bas au XIXe siècle.)

Arndt, H.W. et Hal Hill, éditeurs. Crise économique de l'Asie du Sud-Est : origines, leçons et voie à suivre. Singapour : Institut d'études de l'Asie du Sud-Est, 1999.

Cribb, R. et C. Brown. L'Indonésie moderne : une histoire depuis 1945. Londres/New York : Longman, 1995.

Feith, H. Le déclin de la démocratie constitutionnelle en Indonésie. Ithaca, New York : Cornell University Press, 1962.

Colline, Hal. L'économie indonésienne. Cambridge : Cambridge University Press, 2000. (Il s'agit de la deuxième édition prolongée de Hill, H., The Indonesian Economy since 1966. Southeast Asia’s Emerging Giant. Cambridge : Cambridge University Press, 1996.)

Hill, Hal, éditeur. Unité et diversité : développement économique régional en Indonésie depuis 1970. Singapour : Oxford University Press, 1989.

Mackie, J.A.C. “The Indonesian Economy, 1950-1960.” In The Economy of Indonesia: Selected Readings, édité par B. Glassburner, 16-69. Ithaca NY : Cornell University Press 1967.

Robison, Richard. Indonésie : la montée du capital. Sydney : Allen et Unwin, 1986.

Toi Kian Wie. “The Soeharto Era and After: Stability, Development and Crisis, 1966-2000.” In The Emergence of a National Economy in Indonesia, 1800-2000, édité par H.W. Dick, V.J.H. Houben, J.Th. Lindblad et toi Kian Wie, 194-243. Sydney : Allen et Unwin, 2002.

Banque mondiale. Le miracle de l'Asie de l'Est : croissance économique et politique publique. Oxford : Banque mondiale/Oxford University Press, 1993.

Booth, Anne. L'économie indonésienne aux XIXe et XXe siècles. Une histoire d'opportunités manquées. Londres : Macmillan, 1998.

Van der Eng, Pierre. “Le produit intérieur réel de l'Indonésie, 1880-1989.” Explorations in Economic History 39 (1992): 343-373.

Van der Eng, Pierre. « Indonesia s Growth Performance in the Twentieth Century. » In The Asian Economies in the Twentieth Century, édité par Angus Maddison, D.S. Prasada Rao et W. Shepherd, 143-179. Cheltenham : Edward Elgar, 2002.

Van der Eng, Pierre. L'économie et le niveau de vie de l'Indonésie au XXe siècle. En Indonésie aujourd'hui : défis de l'histoire, édité par G. Lloyd et S. Smith, 181-199. Singapour : Institut d'études de l'Asie du Sud-Est, 2001.


Voir la vidéo: A Super Quick History of Indonesia